Des années 1920 jusqu’à la guerre, les sabots se vendaient par caisses. C’était la chaussure de monsieur et madame tout le monde. En Bretagne, les « botoù koad » en breton ou « chaussures de bois », résisteront plus longtemps qu’ailleurs a l’arrivée d’autres types de chaussures. On les apprécie pour leur solidité, mais aussi leur étanchéité, et c’est important en Bretagne.